Drogba, le roi maudit

 

Didier Drogba, manque un penalty en finale de la CAN

Ce week end aura été chargé en ratages sportifs. Je ne reviendrai pas sur le formidable France-Irlande du tournoi des six nations qui finalement ne fait que prouver qu’en France le rugby amateur n’est pas mort (j’ai volé cette blague à la boucherie ovalie, mais j’avais pas mieux). Je souhaite parler d’un geste, un geste que Didier Drogba a réussi des centaines de milliers de fois (oui, j’ai compté) et qu’il  raté au pire des moments.

Dimanche soir, dans la moiteur du stade d’Angondjé de Libreville le temps s’est arrêté pour deux peuples après que monsieur Badara Diatta ait sifflé un penalty. Il reste à peine plus de 20 minutes à jouer. Les éléphants de l’enfant prodige, de l’un des rois du football africain, le dénommé Didier Drogba ,n’ont jamais été aussi près de concrétiser la domination insolente de la génération Sow, Gervinho Touré…

En leader qu’il est, Didier pose le ballon sur  ce rond de craie blanche d’où il a marqué tant de buts. L’arbitre siffle, il s’élance. C’est certaienement l’un des instants les plus importants de sa carrière de footbaleur, l’un des moments les plus intense de sa vie d’homme. Il frappe ! Fort ! Très fort ! Trop fort… Le ballon s’envole au dessus de la cage du gardien Zambien tout heureux de voir le cuir s’envoler au dessus de son but.

Drogba, devient soudain un homme comme les autres. Il n’est plus le héros d’un peuple. Il se retourne alors vers le point de penalty et grogne contre l’état du terrain. Sans même y croire lui même, il n’est pas dupe, il a manqué l’immanquable. 

Mis à part ce fait de match, l’histoire retiendra que le sort de la Zambie et de la Cote d’Ivoire s’est dénoué au cours d’une séance de tirs au buts. Une séance durant laquelle Didier Drogba, prendra ses responsabilités et mettra le ballon au fond des filets. Mais ça n’a pas suffit. Deux autres stars de l’équipe ivorienne manquent leur frappe. Touré et Gervinho sont eux aussi maudits.

Si le destin peut paraitre terrible pour ce grand joueur qu’est Didier Drogba et pour le peuple ivoirien qui ne demandait qu’à s’enthousiasmer après des années de souffrance et de guerre civile  il n’est pas injuste. La Zambie remporte la CAN au Gabon, le pays qui a vu l’une de ses équipes perir dans un crash le 27 avril 1993. Joli clin d’oeil.

Commentaires

  1. Stark dit :

    RIP Whitney Houston :’(

  2. Eh oui malheureusement, le malheur d’un peuple fait le bonheur d’un autre et le selectioneur Renard (des surfaces => calembour) a également le droit à son heure de gloire!