Albator et les Chevaliers du Zodiaque dépoussiérés

Si vous avez entre 25 et 35 ans, votre enfance a sans doute été bercée de Japanimation aux doublages français plus ou moins réussis, mais cultes dans tous les cas, tout du moins pour qui vibre la fibre nostalgique de cet âge d’or. En tant qu’amateur de dessins animés rétros connaissant tous les génériques par cœur, il m’arrive de me demander à quoi ressembleraient ces séries si réalisées avec les technologies actuelles, ou adaptées en jeux vidéo sur les consoles dernières générations. On pourrait penser que c’est un doux rêve, un fantasme, et que jamais ces dinosaures du divertissement ne ressortiraient des cartons, mais que nenni ! Impossibru n’est pas japonais.

On ne compte en effet plus les jeux Dragon Ball, Chevaliers du Zodiaque et même Ken le survivant qui sortent encore en 2013 sur Playstation 3 (notamment, puisqu’étant la console de salon numéro 1 au Japon), ainsi que les nouvelles séries reprenant l’univers de Saint Seiya (Les Chevaliers du Zodiaque en VO), mais on constate que le cinéma n’est quant à lui pas en reste. C’est d’ailleurs ce qui nous intéresse aujourd’hui, car loin de nous sortir un énième long métrage animé pourri comme DBZ l’a si sournoisement fait il y a quelques mois, la Toei, géant de la Japanimation, semble s’orienter vers des films en images de synthèse.

Albator, ou Harlock en VO, est de retour, depuis le 25 décembre en France, dans un film d’animation absolument magnifique, tout en image de synthèse, et réalisé par Shinji Aramaki, qui officie depuis 30 ans dans le monde du manga, en tant que designer d’abord (Scryed, Full Metal Alchimist, et spécialisé dans les mechas) et réalisateur (Starship Troopers : Invasion). Le résultat est vraiment réussi, un véritable bonheur pour les nostalgiques du corsaire de l’espace, qui n’avaient rien eu à se mettre sous la dent depuis les années 80. Bande annonce.

Mais la Toei ne compte visiblement pas s’arrêter là, et a dévoilé récemment un nouveau film dans la même veine, sensé sortir cette année. Il s’agit cette fois d’une adaptation de Saint Seiya, par Keiichi Sato (Gundam, City Hunter…). Vous allez le voir dans le trailer (en japonais), le character design s’est largement éloigné de celui de la série originale, au contraire d’Albator. On ne sait pas vraiment si c’est parce que l’aspect du dessin anime n’aurait pas bien rendu en image de synthèse, ou si l’auteur a souhaité apporter sa touche personnelle, ou même si on appréciera cette nouvelle direction artistique (la vidéo ne donne qu’un rapide aperçu, il est donc trop tôt pour juger), mais il semble évident que le mot d’ordre, chez Toei Animation, c’est Fonds de Placard & Images de Synthèse. A quand un remake de City Hunter (Nicky Larson) ?