Un monde sans Google, c’est possible

« Si c’est gratuit, c’est que vous êtes le produit. » Cette phrase, symptôme de l’illusion du « tout gratuit » sur le web m’a fait réfléchir sur la place qu’ont pris un certain nombre de services dans notre vie, en premier lieu les services de Google. J’ai donc décidé de mener une expérience pour mesurer notre dépendance quotidienne aux services de la firme de Mountain View, et de pousser la logique jusqu’au bout, jusqu’à ne plus me servir (ou presque) des outils de Google aujourd’hui. Vous vous en doutez, il s’agit d’un exercice difficile car peu importe l’opinion que l’on a sur Google, l’excellence de ses services force le respect, et leur usage relève presque du réflexe. Cela étant dit la concurrence n’est pas non plus restée les bras ballants, et en changeant un peu ses habitudes on peut vivre dans un monde sans Google. Un petit tour service par service.

Google Search

Il s’agit du coeur de métier de Google, sa vache à lait et son activité historique. Et il est incontestable que Google est très efficace pour répondre à nos recherche. Mais en regardant son historique de recherche, on se rend vite compte qu’en filigrane, ces données peuvent en dire beaucoup sur nous.

historique de recherche
Bing n’étant pas pour moi beaucoup plus recommandable que Google, j’ai donc testé et opté pour un concurrent moins connu, dont j’avais entendu parler en 2012,et qui a fait de gros progrès notamment cette dernière année : DuckDuckGo. Derrière ce nom surprenant, se cache un moteur de recherche qui se veut respectueux de notre vie privée (c’est assez révélateur, ce n’est pas un argument de Google). Ce principe louable, qui enlève la possibilité de personnaliser les résultats de recherche en fonction de votre historique, n’est pas gênant dans les faits, et sur la plupart des recherches, il n’a pas été mis en défaut. En plus il a des fonctions sympa, sur les requêtes appropriées il vous met en premier la page Wikipedia concernée, vous signale le site officiel, ou vous permet d’écouter les chansons sur SoundCloud…

Sans compter qu’on n’a plus l’impression d’être face à un panneau publicitaire géant comme chez Google, ce qui est plutôt appréciable, jugez plutôt.

Version GoogleVersion duckduckgo

Pour être honnête, sur certaines recherches j’ai dû réutiliser Google, mais DuckDuckGo est une alternative crédible et rafraichissante, au point d’être maintenant mon moteur de recherche par défaut (même sur mon iPhone, où il a rejoint la liste des moteurs de recherche disponibles dans Safari depuis la sortie d’iOS 8). Je vous conseille fortement de tester et d’adopter DuckDuckGo dès maintenant :-)

Score de substitution : 8/10

Gmail

Pour moi il s’agit du service Google le plus dur à remplacer, car il écrase littéralement toute la concurrence, malgré les velléités de Yahoo! et de Microsoft. Gmail est pour moi le webmail le plus flexible, le plus puissant et le plus personnalisable. Autant vous dire que je n’ai pas de substitut parfait à vous faire découvrir, mais des alternatives possibles.

Yahoo Mail

Si vous préférez rester sur un webmail, Yahoo! semble être le plus proche challenger, et Outlook.com (héritier de Windows Live Mail) est clairement un cran en-dessous. Si vous êtes nostalgique, vous pouvez vous recréer une adresse Caramail (elles ont été remises à zéro après le rachat par GMX). Si vous ne voulez pas que votre correspondance soit stockée sur des serveurs américains, vous avez toujours l’alternative des FAI français, puisqu’Orange, SFR, Free et Bouygues proposent des services convenables bien que basiques, mais dans ce cas je vous conseille d’utiliser des clients tiers pour consulter vos emails sur ordinateur, l’expérience sera meilleure (par exemple Apple Mail ou Airmail sur Mac, Mailbird ou EM Client sur Windows). Sur votre mobile, toutes les applications officielles de ces services sont de meilleures factures.

Score de substitution : 6/10

Maps

Google Maps est un autres des services emblématique de Google, la référence absolue et le réflexe de beaucoup de personnes en situation de mobilité, pour trouver un lieu, se repérer ou remplacer un GPS. Encore une fois Bing Maps ne constitue pas une alternative enviable, les concurrents crédibles ne sont pas légions. On pourrait citer

* Open Street Map, qui est très riche mais beaucoup moins agréable à utiliser (jugez plutôt)
* Apple Plans… non j’déconne, malgré ses progrès, la solution d’Apple continue d’avoir des problèmes de fiabilité, notamment pour la recherche de points d’intérêt,
* Mappy… bof, le côté vintage mis à part, il n’y pas grand chose à voir),
* pour le GPS, vous pourriez utiliser Waze, mais là encore vous retombez sur l’empire Google puisque cet excellent GPS a été racheté
* Dans certaines grandes villes, vous pouvez utiliser l’excellent Citymapper… qui utilise les cartes de Google sur sa version web. Décidément, très dur de faire sans Google Maps à 100%.

Screenshot Maps

Pour Google Maps, je n’ai pas trouvé de substitut digne de ce nom, pour l’instant, si vous avez une pépite je suis preneur. Je vous recommande quand même de l’utiliser en étant déconnecté pour éviter de donner en plus vos positions géographiques ;-)

Score de substitution : 3/10

YouTube

La concurrence ne manque pas (Dailymotion, Vimeo, les services de VOD et SVOD, Facebook), mais peu de vidéos sont postées sur plusieurs plateformes à la fois, donc l’exercice a peu de sens ici, puisque vous allez regarder une vidéo sur le canal où elle est disponible. Par contre je vous encourage là aussi à ne pas vous connecter avec votre compte Google lorsque vous êtes sur YouTube, vous aurez un peu plus d’intimité.

Screenshot Youtube

Score de substitution : Non applicable

Chrome

Encore un domaine où Google excelle, puisque Chrome est au moins un des meilleurs navigateurs, si ce n’est le meilleur. Mais ici, la concurrence est plus serrée, sur toutes les plateformes.
Bien entendu continuez d’éviter Internet Explorer, dont les versions 6, 7 et 8 restent le plus gros gachis de l’histoire du web et continuent d’empoisonner la vie des professionnel et utilisateurs des internets. D’ailleurs Microsoft devrait abandonner le développement de ce sous-navigateur pour se faire pardonner.
Heureusement, que ce soit

ces alternatives constituent d’excellents navigateurs, chacun avec leurs particularités, il y en a donc pour tous les gouts. A quelques exceptions près, ils constituent des substituts presque parfaits, et la refonte graphique de Firefox depuis sa version 29 mérite d’être testée.

screenshot Firefox

Score de substitution : 9,5/10

Android

Si vous avez un téléphone Android, vous aurez du mal à changer le système d’exploitation sans changer d’appareil. On peut noter pour la forme que l’iPhone reste un concurrent de poids (même si la gamme de prix est très différente), et Windows Phone arrive presque à maturité, on peut dire sans prendre trop de risque qu’il est facile de se passer d’un smartphone Android. La comparaison mériterait un voire plusieurs articles, je n’irais pas plus loin qu’évoquer ces alternatives.

Score de substitution : 8/10

Docs/Drive

Ni Google Docs ni Google Drive n’ont inventé leur catégorie, mais ils en sont des acteurs de poids, et sont venus concurrencer tant la suite Office pour la bureautique que des acteurs du stockage en ligne. La combinaison Docs+Drive est redoutable et la concurrence n’est pas encore au niveau.
Pour Google Docs vous pouvez privilégier les outils iWork d’Apple qui sont l’alternative la plus complète et la plus proche depuis la sortie de la version web (après on peut ne pas aimer l’interface), ou rester sur la suite Office, qui reste plus puissante pour les utilisateurs avancés.

Screenshot Numbers
Pour les fonctions de synchronisation, je reste un inconditionnel de Dropbox que je vous conseille fortement, mais de nombreuses autres solutions de qualité existent, notamment :

Vous n’avez que l’embarras du choix !

Score de substitution : 9/10

Google +

Lol
Google Plus Lol

Score de substitution : 11/10

Il y a une multitude d’autres services pour lesquels le test aurait été pertinent, mais vous avez compris le principe.

Bien entendu le but de cet exercice n’est pas tant de vous proposer une liste exhaustive de substituts que de vous faire réfléchir sur la place qu’occupe Google dans nos vies. La gratuité de ses services n’est qu’apparente, l’utilisation se paie notamment en publicité (trop) personnalisée et en collecte et utilisation de nos données personnelles, qui même en étant anonymisée, n’en est pas moins réelle et généralisée.
Il est indéniable que le web et que nos vies ont été profondément changés grâce aux solutions de cette entreprise remarquable, mais comme tout bon stratège vous le dira, il n’est jamais bon de mettre tout ses oeufs dans un même panier, et une concurrence saine profite généralement aux consommateurs. Je vous encourage donc à vous aussi de vous détacher un peu ou beaucoup du monde Google, ça ne peut que faire du bien !